La Sembie


Sans_titre.png


ro_carte_sembie.jpg
La péninsule de la Sembie trouve son origine bien plus au sud au delà de la mer des étoiles déchues. Son expansion actuelle est due à plusieurs vagues successives de colons fuyant pour la plus part l’instabilité de leur pays d’origine et en quête de nouvelles terres où s’installer.

Les Sembians d’origines arrivèrent voilà plus de 800 ans sur ces terres, s’implantant peu à peu sur la côte. Ces hommes et femmes fuirent leur ancien pays, le Chondath, où ils étaient persécutés par un pouvoir en place tyrannique.

Dès les premières heures de leur histoire ils durent se battre âprement non seulement contre les elfes mais aussi contre plusieurs vagues successive d’horde orcs ayant déferlées par trois fois de leur histoire sur leurs terres.

Contrairement aux Obarskyrs et au Cormyr qui ont pu trouver un accord avec la race elfique dès leur arrivée. Les sembians quand à eux s’enfoncèrent dès le début dans un conflit avec les elfes qui perdurent encore. De nombreuses batailles eurent lieux entre les fermiers humains et les elfes qui désiraient protéger leurs forets. Un fort sentiment anti-elfe est plus que palpable à travers les villes implantées sur les côtes sembianes. Il n’y a guère qu’au sein de la ville frontalière de Daerlun que ce sentiment est atténue du à leur ancienne histoire avec le Cormyr et leurs alliés elfes. Partout ailleurs les elfes sont persona non grata voir attaqués à vue.

En l’an 400 CV lors d’une très forte déferlante orcs d’une rare violent qui entraîna 15 ans de bataille, les toutes nouvelles citées de Chondathian, Chauncelgaunt et Urmlaspyr durent faire appel à leur ancien pays d’origine, le Chondath, pour les protéger. Ce dernier envoya un large contingent de ses troupes et de mercenaires pour protéger ces villes et ses intérêts. Ils repoussèrent les assaillants puis décidèrent de rester sur place. Depuis ce jour, le Chondath alors présent économiquement en Sembie, occupe militairement ces trois citées, soit depuis plus de 250 ans.

La Sembie en tant qu’état n’existe donc pas encore elle n’est que l’expression d’hommes et de femmes désireux de liberté, de s’émanciper de leurs anciens souverains en quête de vie meilleur. Les sembiens, tout du moyen une grande majorité d’entre eux, voit une méfiance envers les elfes et leurs alliés et des escarmouches entre ceux et des Vaux tel que le Haut Val ne sont pas rares.


Miklos.JPG

Le Cormyr de son côté n’en est pas moins en reste et surveille âprement ses frontières. Bien que des villes comme Daerlun ne sont pas vu comme des ennemis directs leur voisin sous occupation chondathian sont regardées avec méfiance. Des rumeurs circulent sur le fait que le couronne du Cormyr financerait même les mouvements indépendantistes des trois citées occupées pour saper l’autorité et l’influence du Chondath dans la région.

La Sembie est une terre de richesses et de forces poussant à en acquérir toujours davantage. Plus dynamique et pragmatique que l’ostentatoire Amn, c’est une contrée de marchands de quatre saisons, de cabales et de sectes clandestines, mais également de dangereuses expériences pour les individus las et désespérés. Tant que les autres peuples de Faerûn posséderont encore quelques pièces qui devraient se trouver dans les poches et chambres fortes de la Sembie, les habitants de ce pays ne seront pas contents.

La Sembie est une contrée de marchands expérimentés bien accrochés aux rênes du pouvoir et de jeunes négociants intriguant pour en prendre le’ contrôle. Les Sembiens adorent l’art du commerce qui consiste à remporter un marché par la négociation plutôt que par le mensonge et la tricherie. Bien que la Sembie ne contrôle pas une part aussi importante du commerce faerûnien que l’Amn, le commerce contrôle la Sembie bien plus qu’il n’exerce d’influence sur l’Amn.


78960eba7d868c0010eb8c3740c4e622.jpg

Contrairement aux brigands des cités de la Mer de lune et des Iles pirates, les Sembiens respectent généralement les contrats, dettes et autres intérêts. Habituellement, ils observent également les lois, exploitant les failles qui se présentent à eux et que d’autres n’auraient jamais découvertes.

Le citadin domine la vie sembiene, et tous les citoyens regardent de haut les habitants des autres villes. L’argent force le respect en raison de tout ce qu’il permet d’entreprendre. Au sein de la prétendue noblesse de Sembie, toutes les formes de corruption et d’incompétence sont permises tant qu’elles n’enfreignent pas certaines lois (agir de concert avec des pirates, par exemple, vaut de lourdes amendes et la perte de nombreuses relations).

La Sembie

Les Royaumes Oubliés - Une vision du passé Evrat